Yaoï no Kyokô

Annuaire Autonome de RPG Yaoi/Yuri/Ecchi et de discussions sur le RPG
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
anipassion.com
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Sombre Millésime

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lost Lu
Invité



MessageSujet: Sombre Millésime   Sam 5 Nov 2011 - 15:37

Bonjour, je viens présenter ici mon tout nouveau forum yaoi






#framecontent{

top: 0;
bottom: 0;
right: 0;
width: 0px; /*Width of frame div*/
height:170px;

color: #ffffff;

}

#maincontent{
overflow: auto;
top: 0;
left: 0;
bottom: 0;
  background-color: rgba(75, 19, 19, 0.Cool;
font-family:time new roman;
font-size:13px;
box-shadow:         0px 0px 4px #2D0C0C; /* Propriété CSS3 */
   -webkit-box-shadow: 0px 0px 4px #2D0C0C; /* Propriété CSS3 pour Firefox */
   -moz-box-shadow:    0px 0px 4px #2D0C0C; /* Propriété CSS3 pour navigateurs Webkit */
   background-color: #f8f8f8\9; /* Hack pour cibler IE8, IE7, IE6 */}

}

.innertube{
margin: 0px; /*Margins for inner DIV inside each DIV (to provide padding)*/
width:365px;
}
.img_staff {
 opacity:0.4;filter:alpha(opacity=70);
width:80px;
height:80px;

}
.img_staff:hover {
 opacity:2;filter:alpha(opacity=100);
}

Sombre Millésime:

XIIIième :La famille des Forêts pourpres.


Note* : Suite à des divergences politiques, cette famille a fui la province d'Elsode afin de s'établir dans le Royaume d'Elscart. Cette famille a été célèbre pour ses chasses à cours ainsi on ne s'étonne pas qu'elle ait choisi la forêt, comme lieu de Refuge. Bien avant de sombrer dans le vampirisme, elle était bien humaine mais écoute maintenant la voix du conteur, vous confier comment cette famille a chuté, dans le vampirisme.

C'était par une froide nuit de décembre, les étoiles perlaient doucement dans le ciel, la famille était installée dans la salle à manger, bien chauffé par un bon feu de cheminée. Au menu de ce soir-là, si bien particulier, en entrée, figurait terrine de lapin sur sa verdure sauce t
artare, Faisan entourée de pommes de terre , fromages collectées dans les fermes avoisinantes et enfin comme dessert, le cuisinier avait réalisé une Tour de Choux à la crème. Sur la grande table, on avait déposé des chandelier, l'argenterie avait été sorti , de sa prison de verre et le vin coulait à flot. Ce soir-là, on fêtait l'anniversaire du fils aîné. C'était un beau jeune , entrant tout juste dans l'âge adulte et en tant que tel, il avait désormais le droit d'accompagner son père, à la chasse. Il y avait tant de fierté dans les yeux du paternel , en songeant que son fils était devenu un homme. Installés le manoir depuis leur fuite honteuse, pour avoir eu l'idée de répandre leurs idées de domination de la classe noble, dans leur pays, ils aspiraient maintenant à vivre en paix, dans ce royaume oublié. Avec eux, ils avaient emmené leurs gens : domestiques, maçons, ouvriers, fermiers, tout le personnel et le matériel requis, pour pouvoir refaire leur vie. Heureusement que le grand-père s'était souvenu de cette contrée que les autres pays boudaient, sinon où auraient-ils pu fuir ?

Eclatant d'un rire sonore, le père fit une blague assez grivoise. Le fils aîné en rougit de la tête aux pieds. Quand tout à coup, on frappa à la porte. L'ambiance joyeuse se suspendit, se transformant en agacement sans nom, pour la personne osant les déranger, en pleine festivité. Le patriarche se leva, le grand-père, malgré, ses quatre-vingts ans passés, imposait le silence et le respect par sa présence. D'une démarche assuré, malgré son âge, le nez légèrement relevé, les sourcils froncés, il alla répondre à la porte.

« Oui ? C'est pourquoi ? »

Sa voix glaciale se mêla à fraicheur de la nuit, tandis que de ses yeux imbus de sa personne, le grand-père dévisageait l'intrus. C'était une forme recroquevillée, un sac d'os sur pattes, dont on ne pouvait deviner si c'était un homme ou une femme. La chose tremblotante sur ses pattes de poulet demanda d'une voix chevrotante :

« Ami, je suis un voyeur et la nuit tombée m'empêche de retrouver mon chemin, pourrais-tu m'offrir le logis ainsi qu 'un peu de nourriture ? »

Quoi ? Comment osait-on ? Gratuitement en plus ???!!! La famille poussée par la curiosité vint voir ce qui faisait éclater de rire ainsi le vieux patriarche. Chacun y alla de toute sa radinerie, de toute sa méchanceté pour couvrir la chose informe d'insultes et de menace si elle ne déguerpissait pas. Pauvre famille qui oublie que les contes pour enfants sont des avertissements. Soudain, la lune se teinta de rouge et la forme voûtée sembla grandir, se muscler, s'épaissir. Les cheveux blancs devinrent noires jais, les yeux délavées devinrent pourpre. Maintenant se tenait devant eux, un homme ou plutôt quelque chose ressemblant à un homme.

« Hommes,, femmes, vous venez ici en ces terres, sans vous poser de questions. Vous volez une terre qui vous ne appartenez pas et qui plus est, vous refuser le logis à un pauvre hère. Pourtant, vous n'avez pas l'air de vivre, dans une extrême pauvreté aussi en tant que Sorcier et Seigneur de ce royaume, je vous maudis. Vous, femmes mourrez maintenant . Ce sont les hommes qui mettront au monde des enfants, enfants mâles car vous femmes, vous mourrez aussi à la naissance, si vous vous avisez de venir au monde. Vous n'avez pas tenu compte de ma loi : Royaume Interdit aux femmes lorsque vous avez débarqué au port. Et vous, hommes, assoiffés de sang, qui transformer ma forêt en carnage par vos chasses justes pour le plaisir, vous deviendrez des bêtes assoiffées de sang, à votre tour. Vous vivrez éternellement avec vos esprits non perturbés à condition de trouver la personne qui vous ai destiné. Vous vous moquez d'amour eh bien vous en paierez le prix. Si vous ne trouvez votre Autre, vous sombrerez dans la folie et progressivement, votre esprit désertera votre corps, vous ne serez plus que des hommes, sans vie.

Et le Sorcier disparu laissant derrière lui:cadavres de femmes et surtout des hommes à jamais transformer en vampires.

Un siècle plus tard, c'était une famille qui débarquait.



XIVième siècle :Famille Brume de nuit


Note* : La famille Brume nous vient tout droit d'une province appellée Ecoskia. Elle était une famille de pauvres paysans qui un jour, fit fortune en découvrant des mines de diamants, dans ses sous-sols. La fortune attirant les convoitises, elle jugea plus sage de se retirer. Elle se mit à la recherche d'une terre et c'est alors qu'un petit malin, un escroc, leur vendit une terre sur le Royaume Oublié, appelé Territoire Embrumée.



La famille découvrit le château en ouvrant des yeux ronds comme des billes. Mon dieu, qu'il était beau, immense. Elle qui était habituée à la pauvreté, à la crasse, voilà qu'elle découvrait un château plus beau encore que celui de leur voisin d'Ecoskia. Vraiment, elle avait fait une bonne affaire, achetant ce lopin de terre, à bas prix. Les membres firent taire la petite voix intérieure, comme quoi, il y avait anguille sous roche.

« Que c'est beau ! »

« Que c'est grand »

« Je file à la salle de bain en première, mouahahahaha »

« Ah non Jeanne, tu vas vider l'eau chaude »

« Ah ne vous battez pas les enfants, il doit y avoir plusieurs salles de bain ici »

C'est ainsi que se passa la prise de la possession des lieux, les femmes se chargèrent de faire les lits, de faire un grand festin pour célébrer leur nouvelle situation. Elle décida aussi de partir en exploration sur la lande. Elle fut quelque peu désappointée.

« Vous pensez qu'on pourra faire pousser quelque chose ? »

« Pas sûr, mais j'ai vu une forêt pas loin, là-bas, la terre doit être meilleure pour faire pousser des choses »

La dénommée Jeanne suivie de toutes les femmes de la famille partirent donc en forêt tandis que les hommes se chargèrent de défaire les malles et de l'emménagement. Ils en étaient à décharger les mules quand un cri déchira le ciel. Ils tournèrent la tête et virent un vieillard, main au corps..

« Pitié à boire, j'ai soif, charité pour un pauvre... »

Les membres restant regardèrent le vieillard. Le chef de famille , après concertation, lui répondit :

« Vieillard, je veux bien te donner de l'eau seulement tu vois bien qu'ici l'eau est rare. Comprends donc que je dois la garder pour ma famille. »

Le vieillard sentant un peu de bonté dans le cœur de cette famille insista. Mais la famille gela son cœur, faisant passer les siens avant un inconnu. La même scène se répéta que pour la famille pourpre eut lieu. La malédiction lancée, la famille se transforma en vampires. Il y eut un second cri plus déchirant encore. Jeanne revenait, couverte de sang, des trous au niveau du cou . Elle s'accrocha au cou de son père et murmura dans un filet de sang :

« Les...les monstres de la forêt..Nous...mortes..toutes »

Et ce fut son dernier mot. C'est ainsi que la famille du Territoire embrumée entra en guerre avec la famille pourpre et ce pour plusieurs siècles.


XVI ième siècle :Famille des Vagues Amères



Note* : La famille des Forêts pourpres entame une trêve avec la famille de la Brume de nuit. La dernière grande guerre ayant plongé pour 78 ans, la majeur partie de leur membre. La plupart des deux côtés de la famille, n'ont pas trouvé leur Moitié ainsi ont-ils sombré dans la folie puis on finalement déserté leur corps aussi est-il normal que la famille puisse rencontrer un de ces corps dépouillé de conscience.

La famille des Vagues Amères étaient célèbres pour les deux autres familles pour servir de « repas » car elle avait la particularité d'être humaine. Seulement en 1543, une terrible maladie ravagea les côtes. Importée par les touristes, la peste se déversa dans le village. Le Seigneur décida de fermer les côtes aux touristes, pour une durée indéterminée. Mais la maladie progressait. Le Seigneur, sous sa forme favorite de vieillard, il visita les maisons de chaque membre de la famille qui commençait à mourir.

« Seigneur, nous allons mourir.. L'océan est si beau. Il a bien de la chance d'être immuable et de ne pas mourir... »

« Seigneur, mes fils se meurent, je ne sais que faire pour empêcher leur mort. Je crains que ma famille ne s'éteigne avant l'heure. »

La famille avait en effet la vision injuste de l'éternité, sous la forme océanique. Cette fois, il n'y eut pas de malédiction, juste une prière, une récitation où pour faire échapper à la mort, la famille, le Seigneur dit

« Hommes de bons, vous avez toujours respectés mais loi aussi vais-je vous faire le cadeau que vous espérer tant celui de ne pas mourir mais à la condition toujours de trouver l'être qui fera battre votre cœur sinon vous deviendrez comme les êtres au regard vide que vous croisez, lors de vos promenades. »

Et c'est ainsi que la famille se transforma en vampires à son tour. Sur le coup, elle en fut ravie car elle retrouva sa force, sa santé et la maladie n'était plus qu'un mauvais souvenir.


XVII ième siècle : Famille des Jours Perdus.

Note* : Comme pour la famille des vagues amères, la famille des Jours Perdus était à l'origine humaine et très proche du Seigneur, il paraît que c'est elle qui garde, aujourd'hui, le corps du Seigneur endormi, veillant à tour de rôle sur son sommeil et préparant son retour. Elle vient d'une contrée appelé Ikas, qui aimait le Dieu du Soleil avant de se convertir au protestantisme.


La nuit, la famille avait toujours craint la nuit. Elle n'aimait pas la nuit car c'était l'heure où des cris raisonnaient dans le royaume. C'était l'heure de la chasse pour certains. Les vampires... Ils avaient toujours eu connaissance de leur existence. C'était même eux qui en échange de leur survie, avaient fait la promotion du Royaume afin d'alimenter la terre en humains pouvant servir de « repas ». C'était un peu le système mis en place par Minos, dans un temps ancien, faire en sorte d'amener des gens sur ces terres pour les sacrifier à son monstrueux fils. Ici, la différence était qu'il n'y avait pas de lien de sang entre leur famille et les autres. Ils évitaient tout simplement de penser aux humains amener sur ces terres en termes d'humains. Ils les nommaient « repas préparés », pas par mépris, mais bien pour éviter de penser qu'ils étaient eux-mêmes monstrueux. Le Seigneur les avait rassurés :

« Vous n'êtes pas monstrueux car vous éprouvez de la compassion pour ces Maudits »

La compassion ? Peut-être, c'est vrai que cela ne devait pas être facile d'être un monstre. Il fallait bien faire tourner le monde. Qui plus est, en voyant les corps sans esprits erraient dans les terres, se taper contre les murs, si on les changeait pas de sens, c'était horrible. Ils étaient bien à plaindre ces monstres. Qui plus est, ils ne pouvaient plus supporter la lumière du soleil alors non, ça ne devait pas être cool l'immortalité. Et ...Etaient-ils vraiment des monstres ? N'était-ce pas le Seigneur lui-même qui était monstrueux ? Le patriarche fit son signe de croix, se repentant de sa mauvaise pensée envers le Seigneur.

En tout cas, ces monstres-là causaient bien des soucis car les Forêts Pourpres étaient de nouveau en guerre contre la Nuit Embrumée. Et les Vagues Amères, au lieu de rester neutres, avaient décidé de se ranger du côté de la Nuit Embrumée. Un bruit cauchemardesque se fit entendre du côté de la place de l'horloge. Quoi ? Une bataille ? Ici ? Mais ils étaient neutres eux ! Comment osaient-ils venir souiller leur terre avec leur guerre ? Le patriarche rassembla les membres de sa famille, armés de fourches, de fusils, ils descendirent sur la place de l'horloge. C'était les Forêts Pourpres qui guerroyaient contre les Vagues Amères. Il y eu une mêlée, un genre de révolution bien violente. La famille des Jours Perdus se retrouva à servir de « repas », malgré elle. Ironie quand on songe qu'elle avait tout fait pour éviter de finir en repas. Il y eut des morts de son côté, la haine pulsa dans ses veines.

Le temps se figea soudainement. Le Seigneur apparut, les yeux rouge de colère.

« Toi ? Je pensais que les guerres ne t'intéressaient pas. Je pensais ne jamais te retrouver à déverser le sang et c'est pourtant ce que tu fais avec tes fils. Où est ton respect de la vie ? »

Le patriarche des Jours Perdus tenta d'expliquer la situation , de se justifier. Mais le Seigneur ne voulut rien entendre. Comme pour les autres familles, il transforma la famille des Jours Perdus en Vampire. Cette dernière maudit en silence les Vagues Amères qui avaient tendu l'embuscade aux forêts pourpres sur ses terres. Désormais toute les familles étaient en guère et il n'y avait plus personne pour alimenter les terres en « humains ».



XVII- XXI ième siècle


le Seigneur plongea alors les familles dans un sommeil profond. Il quitta ses terres, parcourut le monde, renfonça ses pouvoirs. Il put même retourner dans le passé, sans pour autant pouvoir le changer et il découvrit alors la vérité sur la famille des Jours Perdus. Celle-ci ne l'avait pas trahi..Elle s'était retrouvée malgré elle, entre deux feux. Quand il retourna sur ses terres, il amena avec lui un flot d'humains, tel le joueur de flûtes de Hammelin. Il réveilla les familles et là, il y eut un carnage. Vous imaginez facilement la chose non ? Les vampires n'avaient pas été alimenté pendant des siècles alors leur faim était presqu'instiable. Le Seigneur usa de ses dernières forces pour créer une magie qui attirerait souvent des humains sur ses terres, humains qui n'auraient plus de consciences , qui se conduiraient comme des animaux sauvages. Quand les familles furent rassasiés, il les convoqua tous et leur dit :

« Chaque mois, des humains viendront mais afin que vous ne les tuez pas, j'ai introduit un plus dans votre malédiction. Vous devrez vous nourrir moitié de sang humain et moitié de sang de vampire mais du vampire que vous aimerez. Mordre un de vos congénères, sans l'aimer, vous exposera à une insatisfaction légère au début puis de plus en plus lourde, si vous persistez à ne pas chercher l'être aimé. »


On crut ainsi que ce serait la fin de sa malédiction mais le Sorcier eut un sourire qui n'était guère rassurant :

«  Autre chose, votre guerre là, je ne la supporte pas. Vous avez souillé mes terres avec vos défauts, vos désirs de vengeance et la haine que vous éprouvez d'un clan à l'autre aussi je vous condamne à vous transformer en animal dès que vous entrerez en contact avec un membre de votre propre clan, disons plus de deux fois par mois, cela va vous apprendra à vous diriger vers les autres clans..Par contre si l'amour de votre vie se trouve être un être de votre propre clan, il se peut que ce dernier point ne soit plus qu'un souvenir.

Puis le Seigneur entra dans un profond sommeil. Ce que le Seigneur avait oublié ou feint d'oublier c'était bien cette question-là peut-on aimer quand on est un monstre ? [center]


Note : Les humains ne sont là qu'en tant que personnages de fictions, il n'y a pas la possibilité de jouer un humain. Si vous parvenez à briser la malédiction, vous entrerez alors dans le groupe des démaudis c'est à dire celui des humains.

Staff : Ludovic Lust.

Crée  : le 27 octobre 2011.

les groupes : toutes les familles mentionnées au dessus qui font l'histoire + un groupe appelé Démaudis pour ceux qui arriveront à briser la malédiction.

Lien : sombremillesime.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
 
Sombre Millésime
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nathanaël ? Tu es mon millésime, ma plus belle année ... C'est ça être père.
» Une ruelle sombre
» 40k Dust Contest, courses de motos au 41e Millénaire...
» .Sombre rêve. |.Libre.|
» Secret entre guerrier [ Rêve Sombre ]

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Yaoï no Kyokô :: RPG YAOI - YURI - ECCHI :: YAOI / YURI / ECCHI NC-17 :: Fora Inactifs-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: